Prix Pierre-Dumont
 

C’est en 1974 que la Société archéologique du Gers, désireuse de renouer avec une tradition instaurée sous l’Ancien Régime par les Académies provinciales et, en Gascogne, par la Société royale d’agriculture d’Auch et l’Athénée du Gers, émit le vœu qu’un prix littéraire et artistique pût récompenser une œuvre consacrée aux pays de l’ancienne province de Gascogne  et un lauréat originaire en principe de ces régions ou y possédant à des titres divers des attaches.

 

Pierre Dumont, directeur de laboratoire de biologie médicale, né de parents gascons (Aignan et Condom), résidant à Eauze et fondateur de l’association des Gascons de Paris, eut l’idée et la générosité de fonder le prix qui porte son nom et qui est étroitement associé à la Société archéologique du Gers, sous les auspices de laquelle il est décerné depuis près de cinquante ans.

 

Le premier lauréat fut Gilbert Sourbadère, natif de Gers, ancien élève de l’École normale d’Auch, professeur certifié au lycée du Garros à Auch, chargé du service éducatif des Archives départementales dans les années 1990, pour un mémoire de maîtrise d’Histoire sur Bernard-Adolphe Granier de Cassagnac. Le prix lui fut remis à l’hôtel de ville de Lectoure, le 31 mars 1974.

 

Premier lauréat, Gilbert Sourbadère allait prendre la suite de René Laffargue comme secrétaire et rapporteur du prix dont le jury est traditionnellement composé, autour du fondateur, de membres du bureau de la Société archéologique du Gers, désignés à tour de rôle.

 

Le fonds d'archives du Prix Dumont est conservé aux Archives départementales du Gers sous la cote 19 J. Il comprend plus de deux cents articles pour la période 1974-2020 et se compose des textes manuscrits, dactylographiés et imprimés des candidats au prix ; il constitue un ensemble intéressant dans les domaines de la littérature et de la poésie contemporaines, en langue française ou gasconne, et de la recherche historique, par les nombreux travaux universitaires recensés, provenant pour la plupart de l’Université de Toulouse-Le Mirail. Il n’est toutefois pas exhaustif, quelques candidats ayant demandé à reprendre leurs textes.

 

En février 2020, Gilbert Sourbadère a décidé de transmettre le flambeau à Laurent Mauras et lui a confié le secrétariat du Prix Dumont.

Derniers lauréats

  • 2016 : Chantal Armagnac (Les couleurs de ma Gascogne)

  • 2017 : Jean-Philippe Zanco (Boué de Lapeyrère, 1852-1924, l'amiralissime gascon)

  • 2018 : Anaïs Comet ("Villages et bourgs de la Gascogne gersoise à la fin du Moyen Âge", thèse Histoire)

  • 2019 : ANACR 32 (Les femmes du Gers dans la Résistance)

  • 2020 : Paul d'Argaignon ("La condition juridique de la noblesse en Gascogne orientale sous l'Ancien Régime", thèse Histoire du droit)

  • 2021 : attribution à l'automne 2021